Depuis plusieurs semaines,fleurissent au gré des médias et du salon de l'agriculture, toutes sortes de manifestations sensées sensibiliser et la population et obliger le gouvernement à ouvrir son porte-monnaie en faveur des exploitants agricoles. 

Ce qui " m'amuse" ce sont les diverses manifestations des uns et des autres,c'est à qui celui qui pavanera avec son plus gros et plus rutilant tracteur pour venir pleurer que telle ou telle production est payée une misère. Pensent ils être crédibles ainsi? Lorsqu'on a du mal à faire tourner une entreprise,on n'achète pas le dernier tracteur pour épaer son voisin! Mais pire: pensent ils s'attirer la sympathie de la population en bloquant les accès routiers?En dégradants les installations publiques comme les routes (par ici la route  vers Nantes doit être refaite  parce-que certains ont cru de bon ton de brûler je ne sais quoi !conclusion: des milliers d'euros partis en fumés).

Manifester oui,c'est un droit,mais  casser-abîmer NON! Qui plus est pour la plupart de ceux qui manifestent, il s'agit de "gros", ceux qui sont les premiers à se rejouir de la faillite du voisin afin de récuperer leurs terres! Pour en faire quoi puisqu'ils sont également les premiers à venir pleurer qu'ils ne tirent pas ou peu de revenus de leur travail? Les laitiers ne sont pas mieux ,on nage dans l'illogisme le plus total: dejà en 2008 ils manifestaient parce-que le prix du lait était anormalement bas (ce qui est un fait) mais alors pourquoi ces mêmes exploitants se sont jetés sur le quota B depuis la fin des quota laitiers? (pour ceux extérieurs à l'agricole, les quota étaient l'autorisation de produire telle quantité de lait.Ceci a disparu,il s'agit donc maintenant d'un contrat entre une laiterie et un producteur.Mais le vicieux du truc consiste en la création de "quota B" c'est à dire un contrat de production mais à un tarif inférieur au quota de référence). Quel en est l'intérêt? 

Si je résume: ils pleurent de ne pas être assez payé pour leur lait produit,ok

Ils rachètent du quota B (oui cela s'achète un droit à produire) payé en gros 1/3 de moins que le quotat de référence,la logique est donc: je ne suis pas bien payé et  j'ai beaucoup de mal à en tirer un revenu donc je rachète (cher) le droit de produire pour être payé encore moins alors que l'on est en surproduction! On marche sur la tête!!!!!!

En conclusion:Le gouvernement a bien raison de rire des exploitants qui ne font que s'enfoncer un peu plus dans les galères!!! Chacun sait que la production de masse  détruit un système en train d'imploser mais les producteurs enfoncent encore le clou!